Vous êtes ici :

Faciliter l’articulation des temps pour mieux développer les compétences


chargée de mission Espace des Temps

Interview de Lucie VERCHERE-TORTEL

Dans les 10 à 15 ans à venir, les services offerts aux salariés seront l’une des caractéristiques d’une bonne gestion des ressources humaines

13 septembre 2006 | Mots-clés Temps Rythme

L'Espace des Temps du Grand Lyon est chargé de faciliter « l’articulation des temps pour mieux développer les compétences ». Sur quel type de missions travaille l’Espace des Temps ?

Il s’agit de repenser la relation de l’entreprise avec son territoire en mettant en place des services adaptés aux besoins des salariés.

L’un des axes majeurs sur lequel nous avons choisi de travailler concerne le temps des salariés, des entreprises et des territoires, en jouant sur l’harmonisation entre temps de travail et vie personnelle des salariés. Depuis la création de cette mission par la Vice-présidente Thérèse Rabatel, nous faisons partie du programme européen Equal, piloté par AGFOS PME, qui vise à faciliter « l’articulation des temps pour mieux développer les compétences ». Il s’agit de repenser la relation de l’entreprise avec son territoire en mettant en place des services adaptés aux besoins des salariés. On s’appuie sur « le triple gagnant » : en conciliant mieux vie privée et vie professionnelle, le salarié gagne en qualité de vie ; l’entreprise bénéficie d’employés plus disponibles, mieux dans leur peau, ce qui, à terme, accroît sa compétitivité ; grâce aux services créés, le territoire devient plus attractif. Tout le monde y trouve son compte. De plus, il s’agit chaque fois d’actions où sont déclinées les trois dimensions du développement durable : économique, environnementale et sociale. Nous avons participé à la mise en place de ce programme en Rhône-Alpes, dans quatre zones géographiques dédiées : 
- Annemasse (74), pour traiter de la thématique des salariés transfrontaliers, 
- Saint-Bonnet le Château, dans la Loire, où des entreprises avaient du mal à recruter en raison de l’isolement rural, 
- Innovallée à Meylan, près de Grenoble, où le pôle technologique était peu attractif pour les cadres de haut niveau à cause de prix du foncier prohibitifs et d’un accès à la ZIRST rendu difficile par l’encombrement routier,  
- Gerland, à Lyon 7ème. Sur une même zone géographique cohabite une ville qui travaille, une ville qui dort et une ville qui s’amuse. Le Pôle Technologique concentre des entreprises allant de la TPE aux grands groupes, en passant par la présence du stade et de la Halle Tony Garnier. L’objectif était de redonner une équité à des salariés qui présentent des statuts très diversifiés tout en contribuant à transformer les lieux de travail en lieux de vie.  
L’opération a eu lieu en deux temps : 2003/2005 a été la phase de captation d’entreprises partantes et du lancement des projets ; 2006/2007 est la phase de démultiplication et de communication autour des initiatives réussies. Les terrains d’expérimentation semblent très différents les uns des autres. Quel est leur point commun ? 
Celui que connaîtra toute entreprise dans les 10 à 15 ans à venir : avec le départ en retraite des baby boomers, la conciliation des temps devient un enjeu majeur de recrutement. Pour attirer et garder ses salariés, l’entreprise devra proposer d’autres avantages qu’un salaire avantageux et un simple plan de carrière. Les services offerts aux salariés seront l’une des caractéristiques d’une bonne gestion des ressources humaines. 

Quels types de services ont été mis en place ?

Sur Meylan, ce sont les modes de transport qui ont, en particulier, été étudiés. Un Plan de Déplacement Inter Entreprises a été mis sur pied pour fluidifier les flux d’arrivée et de départ des lieux de travail. Résultats : 
- un logiciel de covoiturage traite désormais l’ensemble de la zone industrielle, avec toutes les entreprises partantes, 
- des accords ont été passés avec la Société de Transports Grenoblois pour adapter les dessertes et mettre en place des navettes, - les entreprises ont incité financièrement leurs salariés à prendre les transports en commun ou à adopter les modes de déplacements doux. Les pistes cyclables ont été améliorées, des kits vélos ont été délivrés, des douches installées sur les lieux de travail… En terme de développement durable, c’est une vraie réussite ! D’une part, l’environnement est mieux préservé, d’autre part, les salariés sont moins stressés par les déplacements. Et ils prennent l’habitude de faire plus d’exercice physique en marchant ou faisant du vélo…  

Et sur Gerland ?

A Gerland, l’accent a été mis sur l’amélioration de la qualité de vie des salariés, pour compenser le sentiment de certains d’être éloignés du centre ville. Les avancées ont eu lieu sur le développement de services : organisation d’un cours de gym entre midi et deux, service de portage de plateaux-repas, pressing, petit marché fruits et légumes une fois par semaine, le tout à prix coûtant… Des cours de langue, du repassage, des labos photos sont encore à l’étude. En France, ce type de services ou de conciergerie d’entreprise tend à se développer de plus en plus ! Une crèche interentreprises a été ouverte en 2005 pour pallier aux problèmes de garde d’enfants. Le financeur est privé, mais la gestion est associative, avec les parents, la CAF, les diverses entreprises participantes et les acteurs locaux. 55 berceaux ont été mis à la disposition des salariés entre 7h du matin et 19h le soir, avec un système de mutualisation de places pour les TPE et PME. 

D’autres zones de la métropole sont-elles intéressées ?

Non seulement des territoires de l’agglomération lyonnaise s’engagent dans des démarches similaires, comme celles de Champ du Pont à Saint-Priest ou du plateau nord de Lyon, mais nous sommes cités comme pionniers en France sur la question, avec d’autres villes comme Rennes ou Poitiers ! Des avancées sociales comme celles de Meylan ou de Gerland sont, en effet, le fruit d’un véritable travail de concertation entre élus, entreprises, syndicats…

C’est la naissance d’un nouveau dialogue social territorial pour répondre à des besoins qui commencent à se faire sentir un peu partout ! A Lyon, pourquoi ne pas envisager la mise en place d’une offre de services et d’un plan de déplacement interentreprises pour les salariés du centre commercial de la Part-Dieu ou de la Presqu’île ?

C’est dans l’air, on commence à en parler…