Vous êtes ici :

Rapport sur l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques


© Montpellier Méditerranée Métropole.

Étude

Rapport de Sylvie Robert, Sénatrice d'Ille-et-Vilaine, à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication

Les bibliothèques publiques forment des espaces de vie, de ressource, de formation pour les citoyens tout en gardant une vocation de lieu culturel. Les évolutions des modes de vie re-questionnent la place des bibliothèques dans la société. En termes de temporalités, se pose la question de leurs horaires d’ouverture afin de répondre aux mieux aux attentes des usagers. Faut-il ouvrir plus ? À quel(s) moment(s) ? Comment accorder les temps des bibliothèques à ceux des citoyens, de plus en plus multiples et évolutifs ? Ces lieux forment des maillages de proximité qui sont aujourd’hui ouverts sur des faibles durées au regard des rythmes des territoires, 14h par semaine en moyenne.



31 juillet 2015 | Mots-clés Temps Bibliothèque

Le rapport de Sylvie ROBERT, sénatrice d’Ille-et-Vilaine, remis au Ministère de la Culture et de la Communication, explicite notamment les leviers pour permettre une extension des horaires d’ouverture des bibliothèques mais surtout l’importance d’adapter, d’améliorer ces temporalités. Ces point sont aussi questionnés au regard des transformations induites dans les modes de fonctionnement des bibliothèques et des territoires. Ce rapport montre comment le tiers lieu qu’est une bibliothèque pourrait devenir le » creuset du XXIe siècle », par son inscription dans des enjeux sociétaux forts.

Plusieurs préconisations concernent directement les questions temporelles :
n° 1 : Effectuer un diagnostic temporel du territoire objectivant les rythmes de vie des usagers, examinant leur concordance avec les horaires d’ouverture des bibliothèques et fournissant des préconisations en cas de désynchronisation manifeste. En aval, une évaluation permet de vérifier la pertinence dudit diagnostic.

n° 2 : Modifier les textes législatifs et réglementaires relatifs au concours particulier afin d’y intégrer une part de fonctionnement non pérenne. Il pourrait être fait appel à la part fonctionnement pendant trois ans, ce recours étant renouvelable une fois après évaluation. Bien évidemment, dans cette hypothèse, les collectivités auraient la liberté de recourir à la fraction fonctionnement et/ou investissement selon leurs besoins.

n° 3 : Augmenter légèrement l’enveloppe de la DGD pour prendre en compte la nouvelle part du concours particulier relative au fonctionnement. D’un montant de 80 millions d’euros, il est proposé de le relever à 85 millions.

n° 4 : Assouplir le ratio m2 / nombre d’habitants, qui conditionne l’octroi du concours particulier pour les projets de construction ou d’extension d’une bibliothèque municipale ou intercommunale, afin de mieux tenir compte de la situation et de la dimension intercommunale en milieu rural.

n° 5 : Intégrer les bibliothèques, lieux de proximité et d’animation territoriale, aux opérations prioritaires définies à l’échelle nationale dans le cadre de la DETR.

n° 6 : Établir une cartographie documentaire territoriale comme préalable à toute signature de CTL. Par-delà les CTL, cette cartographie apparaît comme un prérequis à tout projet d’adaptation des horaires d’ouverture des bibliothèques en vue de garantir cohérence et complémentarité entre les différents établissements sur le territoire.

n° 7 : Encourager le développement des CTL actuellement abondés par le programme 334 (livre et industries culturelles) en les inscrivant parallèlement sur le programme 224 (transmission des savoirs et démocratisation de la culture). Cette recommandation fait parfaitement écho aux objectifs mêmes des CTL, qui soutiennent les politiques en faveur de la démocratisation culturelle, et serait de nature à être une véritable incitation financière.

n° 8 : Accompagner les maîtres d’ouvrage en amont de tout projet de construction ou de réfection de bibliothèque pour s’assurer qu’il n’entre pas en contradiction avec les axes stratégiques et les objectifs en termes d’horaire d’ouverture. Sur le modèle d’une assistance à maîtrise d’ouvrage, les DRAC veilleraient à ce que la conception des bibliothèques facilite plus qu’elle ne contraigne leur ouverture sur des temps atypiques.

n° 9 : Mieux intégrer dans les cursus de formation initiale et continue les fonctions de médiation du bibliothécaire.

n° 10 : Établir une nouvelle hiérarchie des tâches donnant désormais la priorité aux actions de médiation, avec toute la réorganisation interne que cela implique.

n° 11 : Faciliter l’équipement des bibliothèques en automates de prêt par le biais d’une aide bonifiée dans le cadre de la DGD (et particulièrement dans l’objectif d’un projet d’adaptation et d’extension des horaires d’ouverture).

n° 12 : Avoir un discours clair et validé au plus haut niveau sur l’importance des actions de médiation et d’accompagnement des publics dans l’activité quotidienne des bibliothécaires.

n° 13 : Poser un cadre national statutaire pour une meilleure harmonisation des négociations dans les aménagements horaires/heures supplémentaires dans les collectivités, en particulier sur la question du travail du dimanche.

n° 14 : Proposer un statut spécifique du vacataire étudiant en bibliothèque, sur le modèle du statut des moniteurs étudiants.

n° 15 : Encourager la mutualisation des moyens (bâtiments et personnels) par la mise en réseau. Un appel à projets lancé par le Ministère de la culture et de la communication pourrait permettre à certaines collectivités d’initier ce type de projets.

n° 16 : Expérimenter des projets de coopération entre les bibliothèques publiques et les bibliothèques universitaires à l’échelle d’un territoire. Un appel à projets lancé et cofinancé par le MCC et le MESR pourrait permettre à certaines villes candidates d’avancer sur la question de l’accueil des étudiants et des horaires d’ouverture et d’enclencher un véritable processus de collaboration.

n° 17 : Lancer une application mobile permettant de connaître les horaires d’ouverture des bibliothèques d’un territoire donné et éventuellement les places disponibles. (En temps réel)

n° 18 : Organiser sur le modèle de la Nuit des musées une Nuit des bibliothèques dont l’objectif serait de présenter les bibliothèques, leurs collections et l’ensemble de leurs services.